1 juin 2016

"Un homme à la mer"

"Un homme à la mer"

Partager

"L'Homme" selon Géraldine Doignon (G.D.).


Géraldine Doignon a cette qualité cinématographique de nous mener dans l'intériorité, le voyage initiatique, l'introspection, l'existentialisme. Jeune réalisatrice belge qui comptabilise, déjà, deux longs-métrages, "De leur vivant" et dès ce 1er juin 2016 "Un Homme à la mer".


Des points communs se retrouvent dans sa démarche, une optique axée sur l'humain.
Le deuil et la renaissance pour le premier, la fuite et la prise de conscience pour le deuxième.
Les personnages, la famille au cœur des réflexions.
Films de maturité et très étonnant pour une si jeune femme et jeune maman.


G.D. : J'ai toujours eu la volonté de voyager, ce qui m'a toujours amené à un voyage intérieur et en revenir enrichie. Des voyages personnels constructifs.

"Un homme à la mer" investigue le cheminement de Mathieu, biologiste marin, qui dissèque à longueur de journée des organismes marins sous son stéthoscope. Une vie de couple peu glorieuse. Un homme effacé, malheureux en quête de sens finalement, très isolé. Un changement brutal va intervenir dans cette vie étriquée, la fugue de sa belle-mère (mère de sa compagne) âgée de 65 ans. Un élan le pousse à la retrouver pour s'apercevoir qu'ils ne se connaissent mal, moment de fuite mutuelle pour se connaître, se rencontrer, s'apprécier et au final s'épanouir, hors contexte.


G.D.Extraire les personnages du quotidien, tenir la distance et retenir les bienfaits. S'offrir du bonheur à hauteur d'Homme. 


Ce scénario fut basé sur un fait divers réel qui s'est déroulé en Angleterre, Géraldine Doignon a désiré comprendre et surtout apporter un éclaircissement sur l'aspect de la famille. La présence du beau-fils, Mathieu, s'est imposé ce dernier est interprété par Yoann Blanc, l'inspecteur Peeters, dans la série télé de la RTBF "La Trêve" (actuellement en DVD).


Petite interview :
M.R.
Acceptez-vous systématiquement les scénarios de Géraldine Doignon (2 rôles sur 2 longs-métrages)?
Y.B.Non, en l'occurrence sur ce deuxième film je n'étais pas pressenti. Au final, j'ai reçu le script auquel j'ai adhéré de par la trame et le rôle proposé. Notre duo, déjà complice, a forcément permis de poser le personnage rapidement.


M.R.Vous êtes d'origine Suisse et de formation belge, quelle est votre vision de notre 7e Art?
Y.B.Il n'y a pas un cinéma belge, mais plusieurs. Différents du cinéma habituel. C'est en çà la plus-value. Je suis sensible au fait que les équipes sont soudées, unies parfois avec des moyens faibles. Une volonté de bien faire avec un savoir-faire.


M.R. : Avec quel autre réalisateur souhaiteriez-vous collaborer?
Y.B. : Fabrice Du Welz.


Pas étonnant,  l'appel est lancé.


"Un homme à la mer", un film sensible, porteur en réflexions, un trajet qui ne laisse pas insensible.
Un film axé sur le spectateur, dans lequel Géraldine Doignon a pensé faire l'image et non faire pour faire.


Produit par la très fidèle société Hélicotronc.


Actuellement ou prévu dans les salles : 


* Lun 30/05: Mons Plazza Art .
* Mar 31/05: Bruxelles Vendôme.
* Mer 01/06: Liège.
* Mar 07/06: Ciné Chaplin Nismes.
* Mer 08/06: Cinescope LLN.
* Jeu 09/06: Waremme.
* Dim 12/06: Ath - L'écran.
* Jeu 23/06: Ciné Le Parc, Charleroi.


Michel RUBAY
Chroniquer Cinéma